Qu’est-ce qu’un contrat de vie commune ?

Un contrat de vie commune est l’accord qui permet de régler entre les couples les différentes questions qui en découlent. Dans cet article, nous expliquerons en détail ce qu’est un contrat de vie commune et pourquoi il est important de le rédiger avec l’aide d’un avocat en droit de la famille agréé en tant que médiateur.

Les sujets abordés dans l’article :

-Les circonstances qui ont conduit à la nécessité d’un contrat.

-Pour qui est-il souhaitable de faire un contrat ?

-Les dangers de ne pas rédiger un contrat.

-Contenu du contrat.

-Approbation du contrat.

-Annulation / violation du contrat.

-Les circonstances qui ont conduit à la nécessité d’élaborer un contrat de vie commune

Dans l’État d’Israël aujourd’hui, de nombreux couples n’établissent pas leur relation au moyen du mariage. Les raisons sont diverses :  le couple ne peut pas se marier en Israël (par exemple – couples de même sexe, mariages mixtes, Cohen et divorcés, etc…

La loi de 1973 sur les relations prénuptiales, qui ne s’applique qu’aux couples mariés à compter du 1er janvier 1974, autorise tout couple marié à conclure un contrat de mariage. Que feront les couples non mariés qui veulent régler la propriété ou toute autre affaire entre eux ? Que feront les couples mariés qui souhaitent régler d’autres questions que la propriété, que feront les couples mariés avant 1974 et pour qui, par conséquent, cette loi sur les relations financières ne leur est pas applicable ?

Une solution pour tous ces couples est de conclure un contrat de vie commune.

Pour qui est-il souhaitable d’établir un contrat ?

Un contrat de vie commune est souhaitable dans différents types de couples comme ci-dessous :

Connu du public : Ce sont des couples qui ne se sont pas mariés. La reconnaissance d’un couple comme connu du public a des conséquences de grande portée (comme cela sera expliqué ci-dessous), d’où la nécessité pour ces couples de conclure un accord et de régler les problèmes découlant de leur relation. Ne pas le faire peut entraîner des conséquences importantes qu’ils ne désirent peut-être pas du tout.

Couples de même sexe : Ces couples ne peuvent pas se marier en Israël. S’ils souhaitent ancrer et régler leur relation, ils ne peuvent le faire que dans le cadre d’un contrat.

Couples mariés le 1er janvier 1974 : Ces couples peuvent conclure un contrat de mariage conformément aux articles 1 et 2 de la loi sur les relations prénuptiales de 1973. Un contrat de vie commune leur donne la possibilité de régler les autres problèmes découlant du mariage.

Couples mariés avant le 1.1.1974: Ces couples ont une pratique de partage (comme cela sera expliqué ci-dessous) en ce qui concerne la propriété. S’ils souhaitent prendre d’autres dispositions concernant la propriété ou d’autres questions, ils doivent le faire en vertu d’un contrat.

Les dangers de ne pas conclure un contrat de vie commune

Les conjoints qui ne contractent pas de contrat réglementant leur statut matrimonial et les diverses questions découlant de leur statut matrimonial peuvent se retrouver (généralement lors d’une séparation) sous l’obligation de la justice de se prononcer sur la nature de leur mariage et sa signification. Prévues dans la jurisprudence, elles illustrent les risques de ne pas conclure d’accord ou bien la nécessité d’un tel accord.

En l’absence d’un contrat entre les époux non mariés, il appartient au tribunal de déterminer, à l’aide d’indices divers, si les époux sont reconnus publiquement (p. 52/80, Isaiah Shahar c. Mendel Friedman, Mo. (1) 443 (1984)).

Même si l’un des époux est toujours marié, le couple peut toujours être considéré comme connu du public (CA 384/61, État d’Israël c. Ruth Sophia Pessler, Tz 102 (1962).

La décision applique la règle de partage aux couples connus du public (CA 52/80, Isaiah Shahar c. Mendel Friedman, damp (1) 44 (1984.). La loi de partage confère au couple des droits égaux en ce qui concerne la propriété commune lorsque le conjoint qui le prétend supporte la charge de la preuve.

La loi sur la coopération s’applique aux couples de même sexe, inc. 2478/14 Falon v. Falon – Publié dans Nevo le 20.08.2015

Héritage pour un couple connu du public:

Héritage : Si l’un des époux décède et que l’époux restant est connu du public, celui-ci a des droits sur la succession du défunt, conformément à l’article 55 de la loi sur les successions de 1965. La liste des droits auxquels il a le droit est inscrite dans l’article 11 de la loi sur les successions.

Il peut y avoir des situations dans lesquelles le défunt n’a pas voulu laisser de succession à son conjoint, mais n’ayant pas réglé sa situation matrimoniale dans un contrat de vie commune, le même conjoint survivant peut-être reconnu du public et recevra des parties de la succession aux frais des héritiers.

Cela peut-être au contraire la situation opposée que le défunt souhaitait : Laisser un héritage a son conjoint, mais le couple n’ayant pas conclu de contrat de vie commune, le tribunal peut décider qu’ils n’étaient pas reconnus du public et donc que le conjoint restant n’hériterait de rien.

Les conjoints sont connus du public:

La connaissance du public ne donne aucun droit légal à une pension alimentaire. Pour pouvoir prétendre à une pension alimentaire au cours de la vie, un accord implicite est requis (CA 563/65, Rachel Jaeger (Plink), également connue sous le nom de Flavitz v. Zeev Flavitz et al., (3) 244, (1966)). Explicit (p. 805/82, Zimbol et Resno c. Isaac Cohen, LA) (1) 529 (1983).

En résumé : Nous voyons à quel point il est important de conclure un contrat de vie commune – le fait de ne pas conclure d’accord peut avoir des conséquences désastreuses que le couple n’a pas planifiées du tout. Dans le cas des couples mariés, l’accord sera également d’une grande aide si le couple décide de divorcer et doit conclure un accord de divorce. Il est important de conclure l’accord avec l’aide d’un avocat en droit de la famille (de préférence un avocat également autorisé en tant que médiateur), qui sera en mesure de diriger les parties vers un contrat complet qui ne permettra aucune violation.

Contenu d’un contrat de vie commune:

Le couple peut soulever dans un contrat de vie commune tout sujet qu’il souhaite régler, voici les clauses essentielles qui figureront dans le contrat :

Section des déclarations de couple. Il s’agit d’une section dans laquelle le couple se déclare comme des époux qui entretiennent un ménage commun, ce qui leur fait bénéficier de diverses prestations (telles que la sécurité sociale, etc.) face aux autorités.

La clause patrimoniale, qui régit les droits sur les biens communs du couple et régit les droits sur les biens distincts de chaque époux.

Section pension alimentaire pour enfants / Conjoint.

Clause de responsabilité parentale et de garde d’enfants.

Une section régissant un mécanisme de séparation.

Approbation d’un contrat de vie commune:

Un contrat de vie commune n’a besoin d’être approuvé par aucune des parties pour être valable. Les deux époux signent l’accord pour être valides et contraignants. Cependant, il est conseillé au couple de faire approuver le contrat par l’une des autorités suivantes :Tribunal des affaires familiales au titre de la section 3 c) de la loi de 1995 sur le tribunal de la famille

Notaire:

Ces organes approuveront l’accord, après avoir constaté que le couple l’a signé, en comprennent le contenu, les implications et les conséquences, et que leur signature a été faite sur une base volontaire.

Il est vivement recommandé que le couple approuve l’accord au tribunal de la famille afin que celui-ci soit valide.

הסכם חיים משותפים

Annulation / violations d’un contrat de vie commune

Un contrat de vie commune est un contrat à toutes fins pratiques, raison pour laquelle le droit des contrats qui est prévu par la loi est applicable.

Annulation : le contrat peut être annulé si l’une des conditions est énoncée dans le droit des contrats (partie générale), 1973.

Violations : La violation de l’accord peut donner à la partie lésée droit à divers recours énumérés dans le droit des contrats (recours pour rupture de contrat), 1970.

Vous souhaitez conclure un contrat de vie commune, le cabinet Cohen Decker, Pex et Brosh est à votre service

Au cabinet Cohen Decker, Pex et Brosh, des avocats spécialisés en droit de la famille se réuniront également en tant que médiateurs. Nos avocats vous guideront jusqu’à la rédaction d’un contrat de vie commune complet qui répondra à tous vos besoins.

:03-3724722

       055-9781688

 office@lawoffice.org.il