Aller au contenu

Procédure de médiation – le moyen efficace et rentable de résoudre les différends

Anat Levi

Anat Levi

Procédure de médiation – le moyen efficace et rentable de résoudre les différends

La procédure de médiation (ci-après : « médiation ») est une procédure qui peut être d’une grande aide tout au long de notre vie. La vie d’une personne est pleine de conflits avec diverses causes, conflits de travail, relations conjugales, voisins, etc. Il est très indésirable et il n’est pas toujours possible de résoudre de tels différends de façon judiciaires, la gestion des conflits devant les tribunaux, ayant un coût mental et économique très élevé. Lorsqu’il s’agit d’un différend de divorce, il peut être également la cause de blessure grave aux enfants qui vivent la rupture entre leurs parents, une blessure qui peut affecter leur vie pour les années à venir. Faire appel à la médiation est alors le moyen le plus efficace de résoudre ces conflits.

La médiation est régie par l’article 79c de la loi sur les tribunaux [version combinée], 1984 (ci-après : « la loi ») et par le règlement sur les tribunaux (médiation), 1993 (ci-après : « le règlement »).

La médiation est une procédure de règlement des différends qui sauve les diverses vulnérabilités résultant des procédures judiciaires et préserve et améliore souvent les relations entre les différends. La médiation est gérée par un médiateur qualifié, dont le travail consiste à amener les parties à un accord sans avoir le pouvoir de décider. L’ensemble de la procédure est volontaire et les parties entrent / sortent et parviennent à un accord de leur plein gré. Le médiateur accompagne les parties tout au long de la médiation et, si nécessaire, jusqu’à la signature d’un accord entre les parties (ci-après : l ‘ »accord »), qui est rédigé par le médiateur et signé uniquement avec le consentement et la volonté des parties. Cet accord peut être entériné par un tribunal afin de lui donner la validité d’un jugement.

Caractéristiques d’une procédure de médiation:

Procédure de médiation – le moyen efficace et rentable de résoudre les différends.

La médiation à diverses caractéristiques qui le différencient des autres procédures (procès), dans cet article, nous allons discuter de ces caractéristiques :

La volonté des parties.

Entrer en médiation, y rester et les détails de l’accord qui conclut le conflit sont constamment soumis aux souhaits des parties. La médiation est entièrement basée sur les souhaits des parties, et elles sont donc les seuls décideurs à chacune des différentes étapes.

Au début de la médiation, les parties signent un « accord de participation à la médiation », dans lequel elles réglementent les « règles du jeu » selon lesquelles la médiation sera menée.

Médiation du médiateur:

Les parties visent à parvenir à un accord qui mettra fin au conflit, car elles ne sont pas en mesure de le faire par elles-mêmes pour diverses raisons.

Le travail du médiateur est de préparer le terrain pour que les parties s’assoient ensemble et obtiennent des consentements. Le médiateur dispose de plusieurs moyens pour y parvenir : des réunions conjointes / séparées avec chaque partie (avec / sans leurs avocats), où, dans chacune des manières, le médiateur exploite son propre arsenal d’outils.

Secret:

La médiation se caractérise par le secret des informations transmises au cours de celle-ci. Ce sujet est réglementé par la loi :

Acceptation d’éléments de preuve : « Les éléments fournis dans le cadre d’une procédure de médiation ne doivent pas être utilisés comme éléments de preuve dans un litige civil » (article 79C (d) de la loi).

Confidentialité du médiateur : « Le médiateur n’utilisera aucune information qui lui a été fournie pendant la médiation, qui n’aurait pas pu être obtenue autrement par un effort raisonnable, à une fin autre que la médiation » (article 5 (d) du Règlement).

« Le médiateur ne divulguera aucune information qui lui a été fournie pendant la médiation à quiconque n’est pas un médiateur » (article 5 (e) du Règlement).

« Si un homme de loi confie des informations à un médiateur en exigeant de les garder confidentielles, le médiateur gardera la confidentialité des informations vis-à-vis de tout autre plaideur, à moins que l’auteur de l’information ne renonce à la confidentialité » (article 5 (f) du règlement).

Confidentialité des parties : La loi ne la réglemente pas, les parties intéressées devraient donc l’organiser « dans un accord de participation à la médiation », apportant ainsi une réponse complète au secret de la médiation.

Neutralité des médiateurs:

Le médiateur est tenu d’être neutre et libre de tout intérêt personnel pendant la médiation et ses relations avec les parties. Cette question peut être réglée « dans l’accord de participation à la médiation », et cette question est également réglementée par la loi :

« Le médiateur refusera d’être nommé »

Si il existait auparavant un lien professionnel ou personnel avec l’une des parties, à moins qu’il n’en ait informé les autres parties et qu’ils aient donné leur consentement à sa nomination par écrit « (article 5 (b) (1) du Règlement).

« Il peut, selon lui, être directement ou indirectement en conflit d’intérêts entre son rôle de médiateur et une autre affaire. La crainte de conflits surgit pendant la médiation, le médiateur cesse la médiation et informe le tribunal qu’il ne peut plus servir de médiateur » (article 5 b)). (2) du règlement).

Avantages de la procédure de médiation par rapport à une procédure contentieuse:

La méditation présente de nombreux avantages par rapport aux recours devant les tribunaux judiciaires, nous énumérons les principaux :

Augmenter l’espace des intérêts.

La médiation permet aux parties de sortir momentanément du conflit spécifique dans lequel elles sont soumises et d’identifier d’autres questions dans lesquelles elles ont des intérêts communs et de les inclure dans le cadre de l’ensemble de l’accord. Ce faisant, ils augmentent à la fois leurs options de négociation et la réalisation de leurs intérêts, qui vont au-delà du différend spécifique, contrairement aux juridictions qui ne discutent que du différend spécifique.

Par exemple, un couple qui souhaite divorcer qui vient à la médiation peut conclure un accord de divorce qui réglemente tout sujet qu’il souhaite organiser (distribution de biens, garde d’enfants, pension alimentaire, etc.) dans le cadre de cet accord.

Effets sur les relations:

La médiation est gérée patiemment et dans un climat confortable et calme, contrairement à un procès mené de manière contradictoire et belliqueuse. Cela permet aux parties de blanchir les différends, de fixer les relations et de parvenir à la réconciliation, de permettre la préservation, de relancer les relations et peut-être d’ouvrir de nouveaux canaux d’engagement.

Gain de temps:

La gestion d’un processus judiciaire peut prendre des années, pour diverses raisons, y compris la lourde charge pesant sur les tribunaux, ce qui fait passer beaucoup de temps entre chacune des différentes étapes juridiques. En médiation, cependant, la question de la charge n’est pas pertinente, les parties peuvent la gérer à leur propre rythme et parvenir à un consensus en un rien de temps, ce qui fait gagner un temps considérable.

Économies financières:

La gestion des processus juridiques implique de nombreuses dépenses, telles que les honoraires d’avocat, les frais de justice, les honoraires des témoins experts, etc. En médiation, la seule dépense qui reste est les honoraires du médiateur (qui ne dépendent pas du résultat du processus de médiation).

De plus, la médiation est une procédure infiniment moins chère, car elle est beaucoup plus rapide qu’une procédure judiciaire, qui peut prendre plusieurs années avec les dépenses associées.

Contrôle des parties:

La médiation se caractérise par la volonté des parties : l’identité du médiateur, l’entrée en médiation, le comportement en son sein et la signature de l’accord à l’issue de la procédure sont soumis à la volonté des parties. Une partie peut quitter la médiation à tout moment.

Dans un processus judiciaire, il existe une procédure claire qui détermine la manière dont les parties doivent procéder. Les parties ne déterminent pas l’identité du juge, qui détermine également l’issue d’une décision.

Résultat final:

La médiation, telle qu’elle est, est un pont entre les parties. De là, garanti aux partis qu’ils ne sont pas sortis les mains vides. Une procédure judiciaire s’accompagne du risque que les parties sortent sans rien, et même avec des pertes substantielles (perte en procès, frais, etc.).

La gestion des procédures de médiation est-elle prévue par la loi ?

Il existe des procédures légales dans lesquelles la loi exige avant l’ouverture de la procédure une réunion des parties (pour informations introductives et coordination), afin de vérifier si des accords peuvent être conclus, y compris par la médiation :

-Réclamations civiles dont la valeur dépasse 75 000 NIS (article 99 du Règlement de procédure civile, 1984).

-Réclamations relatives aux conflits familiaux (article 3 de la loi sur les litiges en matière de règlement des différends (ordonnance temporaire), 2014).

Ces réunions de la Haute Cour ont uniquement pour but d’examiner la possibilité d’une médiation entre les parties, dans la mesure du possible, les parties seront renvoyées à une procédure de médiation qu’elles devront généralement trouver seules. Cette médiation est moins efficace pour plusieurs raisons :

-Les parties seront en tout cas facturées des frais de justice en raison de l’ouverture de l’affaire.

-Les parties sont déjà parvenues à une procédure judiciaire avec tous les accompagnants (frais divers, préparation mentale). Il est très douteux que, à ce stade, ils parviennent à cœur ouvert à résoudre le différend par le biais d’un processus de médiation.

Au lieu d’arriver à la médiation par la porte arrière après avoir contacté les tribunaux judiciaires, il est préférable d’y arriver par la grande porte et réaliser une économie de temps et d’argent.

La validité d’un accord de médiation.

Après avoir signé un accord conclu lors de la médiation, les parties ont deux options.

Première option : l’accord est un contrat reconnu pour toutes les questions après que les parties l’ont signé. Par conséquent, les dispositions de la loi sur les contrats (partie générale), 1973, et de la loi sur les contrats (médicaments contrevenant aux contrats), 1970, lui sont applicables.

Deuxième option (recommandée): porter l’accord devant le tribunal compétent afin de faire valider un jugement. De cette manière, les parties peuvent contacter directement les autorités d’exécution en cas de violation de l’accord :

« Si les parties à un différend sont parvenues à un accord sur le règlement du différend entre elles dans le cadre d’une médiation menée en vertu de la présente loi, le tribunal compétent peut discuter de l’objet du différend pour donner au règlement par voie de médiation conclu entre elles la validité d’un jugement, même si aucune réclamation n’a été déposée dans le même différend » (article 79c (h) de la loi).

Intéressé à avoir une procédure de médiation ? Le bureau de Cohen, Decker, Pex et Brosh est à votre service

Au bureau Cohen, Decker,Pex et Brosh, vous trouverez des avocats experts dans différents domaines et également spécialisés en tant que médiateurs. Nos avocats vous guideront tout au long du processus de médiation jusqu’à ce que vous signiez un accord qui satisfera les souhaits des parties.

continuing power of attorney

:03-3724722

       055-9781688

 office@lawoffice.org.il

Contactez nous

Faire défiler vers le haut