Aller au contenu

Obtention de la citoyenneté ou d’un statut en Israël – comment peut-on immigrer en terre Sainte

Avatar

Joshua Pex

Obtenir la citoyenneté israélienne, ou « juste » l’obtention du statut de résident permanent, est une procédure complexe. Cette obtention est d’autant plus compliquée pour quiconque n’est pas juif ou n’a pas le droit d’immigrer en Israël en vertu de la Loi du Retour. Israël est la patrie du peuple juif. Ainsi, ce n’est pas une nation fondée sur une libre immigration. En tant que cabinet d’avocats spécialisé en droit de l’immigration et d’entrée en Israël, on nous demande souvent : «Je ne suis pas juif, comment puis-je immigrer en Israël»? De nombreux immigrants potentiels, ainsi que les citoyens israéliens qui souhaitent faire venir en Israël des amis, des conjoints et des parents de manière permanente, ne connaissent pas les subtilités juridiques impliquées. Cet article rédigé par Maître Joshua Pex expliquera les lois israéliennes régissant l’immigration et l’Aliyah, ainsi que les possibilités d’immigration ouvertes aux non-juifs.

La Loi du Retour, principale loi régulant l’immigration en Israël :

Obtenir la citoyenneté israelienne

 

Israël est un État sioniste. Les principes directeurs de la politique d’immigration d’Israël, de 1948 à nos jours, sont le rapatriement de la diaspora juive et la création de l’État d’Israël en tant que foyer du peuple juif. Israël est ouvert à l’immigration de juifs du monde entier. Cette politique était ancrée dans l’une des principales lois promulguées après la création de l’État, la Loi du retour (1950). En 2018, la Loi du retour a été établie en tant qu’élément central. Elle devient la Loi Fondamentale : Israël en tant qu’État-nation du Peuple Juif (connue sous le nom de «projet de loi sur la nationalité»). Les admissibles à l’Aliyah (immigration en Israël) sur la base de la Loi du retour sont appelés Olim. Certaines clauses de la loi sont pertinentes. C’est sur elle que reposent la plupart des décisions, d’accepter ou de rejeter des demandes d’immigration en Israël. L’article 2 (b) déclare: «Un visa d’oleh est accordé à tout Juif qui a exprimé le souhait de s’installer en Israël, à moins que le Ministre de l’immigration ne soit convaincu que le demandeur:

 

• (1) est engagé dans une activité dirigée contre le peuple juif

• (2) est susceptible de mettre en danger la santé publique ou la sécurité de l’État.

• (3) Une personne ayant un passé criminel susceptible de compromettre le bien-être public.

Selon l’amendement de 1970, « Les droits d’un juif en vertu de cette Loi… sont également conférés à un enfant et un petits-enfants de juif, l’épouse d’un juif, l’épouse d’un enfant d’un juif et l’épouse d’un petits-enfants de Juif, à l’exception d’une personne qui a été juive et a volontairement changé de religion. » Il n’y a rien dans la loi du retour, ni dans aucune autre loi israélienne, qui stipule explicitement que seuls les Juifs seront éligibles pour l’immigration / Aliyah en Israël. Aucune loi ne déclare non plus que les non-juifs ne sont pas autorisés à s’établir en Israël. Toutefois, la Knesset n’a promulgué (et ne devrait pas promulguer dans un avenir prévisible) une loi permettant aux citoyens étrangers, qui ne sont ni juifs ni liés à une personne juive, d’obtenir un statut juridique permanent en Israël autrement que sur la base : d’une relation avec un citoyen / résident d’Israël.

Le MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR comme pouvoir gouvernemental chargé de la réglementation de l’immigration en Israël:

Toutes les décisions relatives à l’immigration en Israël, à l’Aliyah, à l’obtention de la citoyenneté israélienne et à la délivrance de visas d’entrée en Israël sont prises par le ministre de l’Intérieur. Le ministre délègue son autorité aux responsables des ministères des branches de l’autorité de la population et de l’immigration. La loi sur l’entrée en Israël (1952) établit le droit du ministre de l’Intérieur et de ses mandataires d’autoriser ou de refuser l’entrée en Israël.

Qui a le droit d’obtenir la citoyenneté Israélienne en vertu de la Loi du Retour ?

La loi sur le retour est l’une des lois les plus importantes établies dans l’État d’Israël. Mais de nombreux citoyens israéliens ou aspirants immigrés ne comprennent pas ce que stipule la loi.

Un candidat à l’Aliyah n’est pas obligé d’être juif. Il suffit de prouver qu’un de vos parents ou grands-parents était juif pour pouvoir prétendre à l’aliya et obtenir la citoyenneté israélienne. En outre, la famille d’une personne d’ascendance juive – les conjoints d’immigrants éligibles et les enfants mineurs de ceux ayant droit à l’aliyah ou leur conjoint (même si les enfants sont nés d’une relation antérieure) – ont le droit d’immigrer en Israël et recevoir un statut juridique permanent. Cela est vrai même si le parent / grands-parents / conjoint éligible est décédé. Cependant, il existe certaines limitations à ces droits :

Qui n’est pas autorisé à immigrer bien qu’il soit juif ou lié à un juif ?

Les personnes qui agissent contre le peuple juif risquent de compromettre la sécurité publique, ont des antécédents criminels ou se sont convertis à une autre religion – n’ont pas le droit d’immigrer en Israël. Cela est vrai même s’ils sont eux-mêmes juifs, ou enfants / petits-enfants / conjoints de juifs ou d’immigrants éligibles. Par souci de brièveté, nous nous référons à la liste ci-dessus en tant que « Juifs ». Le ministère israélien de l’Intérieur et du Contrôle des frontières a tendance à considérer le soutien au BDS ou à d’autres organisations critiquant le gouvernement israélien et les politiques militaires comme un acte nuisible à la sécurité du peuple juif. Ainsi, les Juifs qui soutiennent la lutte palestinienne risquent de se voir refuser l’entrée en Israël. Peu de demandes d’Aliyah émanent de partisans du BDS (probablement en raison de la volonté d’influencer la politique après l’obtention de la citoyenneté israélienne). Ces demandes peuvent être rejetées par le ministère de l’Intérieur. Israël est l’état du peuple juif, mais il ne sert pas de refuge aux criminels du monde simplement parce qu’ils se trouvent être juifs. Donc, si un demandeur est reconnu coupable d’infractions pénales, le Ministère de l’intérieur examinera sa demande et verra si son immigration en Israël constituera un danger pour la sécurité publique. Dans ces cas, les responsables tiennent compte de l’équilibre entre la sécurité publique et le « niveau de danger » du requérant. Sont considérés les dommages éventuels que l’immigré est susceptible de causer au public israélien lors de l’immigration, et de la probabilité estimée qu’il reviendra commettre des crimes. Sont aussi considérés, les dommages causés aux Olim admissibles par le rejet de leur demande d’immigration et à la société israélienne par l’absence des contributions de l’immigrant.

Les responsables du ministère de l’Intérieur refuseront rarement d’approuver une demande d’immigration fondée sur l’état de santé du demandeur, à l’exception de cas extrêmes comme une épidémie d’Ebola. Cependant, les experts en immigration ont noté que les demandes d’immigration d’Olim éligible atteint d’une maladie en phase terminale ou chronique se heurtent souvent à des délais inexplicables.

Quiconque est né juif et s’est converti à une autre religion n’a pas le droit d’immigrer en Israël conformément aux décisions de la Cour suprême israélienne. Du point de vue des autorités de l’immigration et de l’État d’Israël, les Juifs messianiques, qui se considèrent comme des Juifs croyant en Jésus convertis au christianisme ne peuvent pas prétendre à l’Aliya. Le ministère de l’Intérieur ne s’inquiète pas de l’appartenance religieuse de ceux qui ont le droit à l’Aliyah en raison de liens familiaux. Ni même de ceux qui ne sont pas nés juifs (les immigrants dont la mère n’est pas juive). Toutefois, sur la base de plusieurs verdicts récents concernant des demandes d’immigration refusées par le ministère de l’Intérieur, cela pourrait changer à l’avenir.

Enfin, l’État d’Israël ne reconnaît pas les tests ADN qui confirment que le demandeur a des racines juives comme base d’éligibilité à l’aliyah. La preuve que le demandeur a un parent ou un grands-parents juif est basée sur des documents. Ces documents peuvent inclure un Ketouba (certificat de mariage religieux), un certificat de Bar Mitzvah, des photographies de pierres tombales dans des cimetières juifs ou une lettre d’un rabbin d’une communauté juive reconnue indiquant que la famille appartient à ladite communauté. Un non-juif n’a le droit d’immigrer en Israël que dans le cas où l’un de ses parents ou grands-parents est juif (ou avec un conjoint ayant droit à l’aliyah / à des parents éligibles si le demandeur est mineur). L’État d’Israël demande à un citoyen israélien qui a un enfant avec un citoyen non israélien de se soumettre à un test ADN qui prouvera la paternité de l’enfant partagé. Réussir ce test permet au couple d’enregistrer leurs enfants comme citoyen israélien de naissance et d’obtenir la citoyenneté israélienne conformément à la loi sur la nationalité. Cet essai est entrepris non pas pour démontrer la « judéité » de l’enfant, mais plutôt pour prouver qu’il est bien l’enfant d’un citoyen israélien.

Obtention de la citoyenneté israélienne ou permanente en tant que conjoint d’un citoyen israélien ou d’un résident:

Les conjoints de citoyens ou résidents israéliens peuvent obtenir le statut permanent en Israël. Cette manière d’obtenir un statut légal en Israël est ouverte aux non-juifs. Ils doivent être éligibles à la citoyenneté israélienne à l’issue d’un « processus progressif ». Ce processus dure généralement entre 5 et 7 ans. La même procédure s’applique également aux couples de même sexe et aux partenaires vivant ensemble dans un mariage de fait, sans avoir à se soumettre à une cérémonie officielle. Cependant, cette voie est interdite aux résidents palestiniens de la bande de Gaza et / ou de la Cisjordanie qui épousent des Israéliens. Il existe un certain nombre d’obstacles pour ceux qui souhaitent s’établir en Israël sur la base d’une relation avec un citoyen / résident israélien. L’objet de la procédure progressive d’obtention du statut en Israël et d’obtention de la citoyenneté en Israël est d’empêcher les mariages fictifs. Il s’agit d’une situation dans laquelle le couple (ou l’un d’entre eux) est dans la relation uniquement dans le but d’obtenir la citoyenneté en Israël. Souvent ces mariages aboutissent à une séparation immédiate après avoir reçu le statut juridique des autorités de l’immigration. Durant la procédure, les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur interrogent le couple une fois par an et examinent leur vie afin de déterminer la « sincérité » de leur relation. L’État d’Israël n’a pas d’institution capable de célébrer une cérémonie de mariage interconfessionnel. Les conjoints de différentes religions rencontrés en Israël et souhaitant vivre ensemble en tant que couple marié (et non en tant que conjoints de fait) sont obligés de voyager à l’étranger pour se marier. Enfin, si vous êtes marié à l’étranger, le ministère de l’Intérieur demandera à l’époux étranger de rester à l’étranger jusqu’à ce que l’époux israélien l’invite en Israël, conformément à la procédure appropriée en matière d’immigration. Beaucoup de conjoints qui vivent en dehors d’Israël et viennent rendre visite à leur époux israélien se voient refuser l’entrée, car ils sont soupçonnés d’essayer de s’installer en Israël en sautant le processus d’invitation.

Peut-on obtenir la citoyenneté israélienne après la conversion au judaïsme ?

Les personnes converties au judaïsme peuvent être autorisées à immigrer en Israël, selon les circonstances. L’État d’Israël ne souhaite pas accueillir un « afflux » de «convertis» ayant reçu un certificat de conversion d’un rabbin choisi au hasard à des fins d’immigration. Par conséquent, une procédure établie vise à garantir la conversion du requérant au judaïsme par amour sincère pour la religion, la culture et les traditions juives. La conversion doit avoir lieu dans le cadre d’une communauté juive reconnue. Le converti doit vivre dans la communauté pendant au moins un an, étudier et mémoriser les livres sacrés et enfin recevoir des documents et des lettres de recommandation des dirigeants de la communauté. De manière non officielle, la recommandation des communautés orthodoxes est plus valorisée que celle des communautés réformistes ou conservatrices.

Citoyen recevant la citoyenneté en Israël ou en résidence permanente en raison de circonstances exceptionnelles

Il existe peu de cas dans lesquels les personnes non éligibles à l’aliyah fondées sur la loi du retour peuvent obtenir le statut de résident permanent en Israël. Un soldat servant dans les forces de défense israéliennes est autorisé à faire venir ses parents en Israël sur la base de la procédure de soldat solitaire. Ceci même si leurs parents ne sont pas éligibles pour l’Aliyah. Les résidents et les citoyens israéliens peuvent faire venir un parent âgé veuf en Israël. Le Ministère de l’intérieur peut décider d’accorder le statut de résident permanent en Israël aux parents étrangers de mineurs citoyens israéliens, au bénéfice de l’enfant, même si ce parent n’aurait normalement pas le droit de s’installer en Israël.

Demandeurs d’asile et statut de réfugiés en Israël au titre de la convention internationale

Israël est signataire des conventions des Nations Unies relatives aux réfugiés de 1951 et du protocole de 1967. Les premières générations de dirigeants israéliens se souviennent encore des Juifs d’Europe errant dans le monde comme des réfugiés se voyant refuser l’entrée à chaque port. Israël n’est pas une destination populaire pour les demandeurs d’asile au départ, si pauvre et si assiégé militairement. Mais Israël a absorbé un certain nombre de réfugiés au cours de ces années, dont plusieurs centaines de « boat people » du Vietnam. Ces réfugiés n’ont pas reçu la citoyenneté. Mais certains d’entre eux et leurs enfants sont toujours des résidents permanents d’Israël. Israël est devenu aujourd’hui une destination pour de nombreux demandeurs d’asile originaires de l’ex-Union soviétique et d’Afrique. Ainsi, l’humeur du grand public et du pouvoir législatif s’est considérablement modifiée. Après avoir qualifié les réfugiés de corps étranger mettant en danger la sécurité publique en Israël, le processus de traitement des demandeurs d’asile en Israël s’est concentré sur des interrogations de courte durée et une expulsion rapide, et a laissé les demandeurs d’asile qui pourraient réellement bénéficier du statut de réfugié sans avoir été dûment traités, et à un statut juridique indéterminé d’autre part. Toutefois, il convient de noter que de nombreux demandeurs d’asile en Israël ne sont pas éligibles au statut de réfugié en vertu des lois et conventions internationales en la matière. Ils ne sont pas persécutés dans leur pays d’origine pour des « raisons de race, de religion, de nationalité, d’ appartenance à un groupe social particulier ou à une opinion politique. « 

Y va-t-il une procédure pour obtenir la citoyenneté en Israël pour les travailleurs étrangers ?

La législation réglementant les visas de travail en Israël pour les citoyens étrangers a pour but de garantir que les travailleurs étrangers restent en Israël le plus brièvement possible. Un visa de travailleur étranger ne peut être prolongé indéfiniment. Concernant les autorités d’immigration israéliennes, les experts étrangers ne viennent en Israël que pour effectuer un travail qu’aucun Israélien n’est capable d’accomplir. Les autorités d’immigration israéliennes voudraient que les travailleurs étrangers remplissent leur tâche, transmettent leurs connaissances à leurs collègues israéliens et retournent dans leur pays d’origine. La réalité économique n’est pas nécessairement idéale. Les experts étrangers dans les domaines de la haute technologie sont souvent obligés de rester en Israël pendant plusieurs années et sont autorisés à emmener avec eux les membres de leur famille. Les prestataires de soins professionnels peuvent prolonger leur visa pour de nombreuses années car il peut être dans l’intérêt du patient de compter sur le même prestataire de soins pour le reste de sa vie. La plupart des travailleurs étrangers titulaires d’un visa de travail israélien ne peuvent obtenir un statut juridique permanent en Israël. Quel que soit leur comportement exemplaire ou la nature de leur travail, cela leur est impossible. S’ils ne sont pas admissibles à la citoyenneté israélienne sur la base des autres possibilités décrites dans cet article, ils seront tenus de partir. En effet, même s’ils résident légalement en Israël depuis longtemps et considèrent qu’il s’agit de leur nouvelle patrie. Ce n’est que dans quelques cas exceptionnels qu’il est possible pour des travailleurs étrangers, installés de longue date en Israël avec leur famille et assimilés à la société israélienne, et dont le travail est particulièrement important pour l’économie locale, de demander le statut de résident temporaire (A / 5 visa).

Que faire si je ne suis pas autorisé à obtenir la citoyenneté israélienne sur la base de l’une des voies décrites ci-dessus ?

Qu’en est-il de ceux qui ne sont ni juifs ni liés à une personne juive ? Ceux qui ne veulent pas commencer une relation avec un Israélien ou se convertir au judaïsme ? Qui n’a pas droit au statut de réfugié et ne peut pas obtenir d’offre d’emploi d’un employeur en Israël ? Une telle personne n’a-t-elle aucune possibilité de vivre en Terre sainte, même si elle aime Israël et veut s’installer ici ?

En bref : non. Israël n’est pas un pays d’immigration ouvert à tous les citoyens du monde. La législation sur l’immigration en Israël a pour but de permettre le rapatriement des Juifs du monde et de leurs familles. Il est peu probable qu’Israël devienne bientôt un État regroupant tous ses citoyens, la législation principale régissant l’immigration ne risque pas d’être modifiée dans un proche avenir.

Toutefois, les citoyens étrangers qui souhaitent venir en Israël et connaître les divers peuples, cultures, histoires et géographies de la Terre Sainte peuvent envisager de se rendre en Israël à titre de touriste, en se rendant volontairement dans une institution reconnue par le ministère des Affaires sociales, ou en recevant un visa d’étudiant étranger alors qu’il étudiait dans une institution académique officielle en Israël.

Notre cabinet d’avocats est spécialisé dans les différentes procédure d’immigration, du séjour ou de l’obtention de la citoyenneté israélienne. Si vous ou vos amis avez le droit de venir en Israël, nous serons heureux de fournir des informations ou une assistance juridique au ministère de l’Intérieur. Vous êtes invités à appeler le bureau de Cohen, Decker, Pex & Brosh à Jérusalem ou à Tel Aviv pour obtenir de l’aide juridique.

Contactez-nous:

Obtenir la citoyenneté israélienne

ייעוץ משפטי http://lawoffice.org.il/: 03-3724722, 055-9781688 

רחוב עמל 37 פתח תקווה 4951337 ישראל, http://lawoffice.org.il/: office@lawoffice.org.il

Contactez nous

Faire défiler vers le haut