Aller au contenu

Allocations pour les chefs d’entreprises- toutes les informations légales

Avatar

Michael Decker

Allocations pour les chefs d’entreprises- toutes les informations légales :

Qu’en est-il des actionnaires principaux d’une entreprise à la recherche d’allocations chômage ? La réponse est un peu complexe, et dans cet article, un expert en droit des sociétés de notre cabinet fait le point pour vous.

Le cabinet Cohen, Decker, Pex et Brosh, situé à Jerusalem et Petah Tikva, est spécialisé en droit des sociétés et en droit des entreprises. Notre cabinet fournit à ses clients israéliens et internationaux des conseils juridiques complets sur des questions telles que les droits des  dirigeants d’entreprise, l’enregistrement et la décharge des sociétés, etc.

La question des allocations de chômage est actuellement en tête de l’agenda du débat public. À la suite de l’épidémie de virus Corona, de nombreux travailleurs ont été mis en congé sans solde et une énorme vague de chômeurs a vu le jour en Israël. Beaucoup se demandent s’ils sont éligibles aux allocations de chômage, et ce qui suit comprend également les indépendants et les propriétaires d’entreprise. En fait, avant même le déclenchement de l’épidémie de Corona en Israël, la question se posait des allocations de chômage pour ceux qui dirigent une entreprise. Cette question juridique a beaucoup occupé le Tribunal du travail ces dernières années. Ci-dessous, nous détaillerons les résultats qui ont été accumulés sur ce sujet jusqu’à présent.

Qui sont les actionnaires principaux d’une entreprise ?

Il existe différents types d’entreprises.  Il y en a avec un nombre limité d’actionnaires, et d’autres avec un nombre plus important et qui changent fréquemment de mains. À l’instar de ce large éventail, la définition des actionnaires principaux varie également entre les différentes branches du droit. Dans la loi sur les valeurs mobilières, il existe une définition qui examine matériellement l’existence d’une capacité à diriger les opérations de la société.

Par rapport à la définition de fond de la loi sur les valeurs mobilières, la définition pertinente dans notre cas est celle qui concerne la loi sur la sécurité sociale. Ce n’est pas une définition de fond, mais une définition quantitative. Cette définition est fixée par l’ordonnance sur l’impôt sur le revenu, selon laquelle une détention de 10% du capital social de la société (ou même le droit de détenir ce capital social) est suffisante pour être considérée comme contrôlant la société. Cette définition est très large et comprend la possession directe ou indirecte. La définition s’applique également lorsque la détention est effectuée avec des proches, comme spécifié dans l’ordonnance sur l’impôt sur le revenu.

Refuser l’admissibilité d’un actionnaire majoritaire de l’entreprise à recevoir des allocations de chômage en vertu de la loi sur l’assurance nationale.

La loi sur la sécurité sociale prévoit des dispositions relatives aux allocations de chômage pour les salariés. Cependant, la loi souligne que ses dispositions ne s’appliquent pas aux actionnaires qui contrôlent les sociétés. Le terme « société minoritaire » est défini dans l’ordonnance sur l’impôt sur le revenu comme une société dont le contrôle direct ou indirect de ses affaires est assuré par   jusqu’à cinq personnes. Par conséquent, toute personne qui adhère aux définitions ci-dessus de l’ordonnance relative à l’impôt sur le revenu est considérée comme ayant le contrôle de l’entreprise et n’a donc pas le droit aux prestations de chômage.

Décisions du Tribunal du travail sur les allocations de chômage des actionnaires :

La décision du Tribunal national du travail a été rendue en 2016. Le nom a été mentionné d’une personne qui a démarré une entreprise de réparation d’ordinateurs. Au début, il était l’unique actionnaire de l’entreprise, mais plus tard, l’entreprise est passée sous le contrôle de sa nièce. À la suite d’un accident, son emploi dans l’entreprise a pris fin et il a demandé des allocations de chômage. Le Tribunal national du travail a jugé à cet égard que la définition du << contrôle >> figurant dans l’ordonnance sur l’impôt sur le revenu devrait être examinée en profondeur et avec les aspects pertinents de l’assurance-chômage (entre autres, la capacité de prendre des décisions concernant les revenus et les dépenses de l’entreprise, ainsi que la capacité de contrôler l’engagement des employés). Sur le fond, le Tribunal a jugé qu’il est clair que dans cette affaire il s’agissait d’un actionnaire majoritaire et qu’il n’avait donc pas droit aux allocations de chômage.

Dans une poursuite similaire en 2018, le demandeur a affirmé que son enregistrement comme détenant 25% des actions de la société figurait sur une liste déclarative et qu’il était en fait un employé. Le tribunal régional a rejeté totalement la demande. En revanche, dans une décision de 2012, le tribunal régional a reçu une demande d’allocation de chômage pour un employé qui a reçu des actions dans une entreprise où il travaillait comme incitatif pour atteindre des objectifs. Il a été jugé que, compte tenu du doute de la nature réelle de la détention des actions, il n’était pas actionnaire de contrôle.

À la lumière de tout ce qui précède, les décisions du tribunal du travail en la matière montrent que, bien que le principe directeur réduise les cas où les employés détenteurs d’actions de la société ne sont pas reconnus comme actionnaires de contrôle, le tableau n’est pas entièrement concluant. En cas de doute, il est conseillé de consulter un expert connaissant bien la situation juridique.

Contactez nos experts en droit des sociétés.

Si vous avez des questions concernant les allocations de chômage pour les dirigeants d’entreprise ou d’autres questions de droit des sociétés, contactez-nous et nous serons heureux de vous aider. Notre cabinet est spécialisé en droit des sociétés, y compris, entre autres, les droits et obligations des actionnaires de contrôle de la société.

דמי אבטלה לבעלי שליטה בחברה

        055-9781688

 office@lawoffice.org.il

décision

Contactez nous

Faire défiler vers le haut