Peut on être licencié suite à l’épidémie de Corona ?

Cette question et des questions similaires concernent presque tous les employeurs en Israël ces jours-ci, mais le législateur et les tribunaux n’ont pas encore complètement traité la question. Dans cet article, un expert en droit du travail de notre bureau expliquera la situation juridique concernant le licenciement de travailleurs en congé sans solde en raison de la crise du Corona.

Le cabinet Cohen, Decker, Pex et Brosh est spécialisé en droit du travail. Le cabinet fournit aux employés et aux employeurs une réponse complète et une représentation juridique sur des questions telles que le licenciement des employés, les droits des travailleurs, etc.

Quel est le statut des travailleurs en congé sans solde en raison de la crise du Corona ?

La crise du virus Corona affecte gravement l’activité économique des entreprises, posant aux propriétaires d’entreprises des dilemmes commerciaux complexes auxquels ils n’ont pas été confrontés auparavant. La question centrale semble être la question de savoir ce qu’il adviendra du sort des employés dans les entreprises dont ils sont propriétaires. Au moment de la rédaction du présent article, environ un demi-million de travailleurs ont déjà été mis en congé sans solde, et on estime qu’il y aura près d’un million d’employés (et peut-être même davantage) en congé, à la suite de la crise du Corona. La question se pose de savoir si, d’un point de vue juridique, un employé peut être licencié pendant un congé sans solde et quelles sont les conséquences juridiques d’un tel congé.

Comme nous l’avons noté dans un autre article publié sur le site Web de notre cabinet, qui traitait de la question des cadeaux de fête pour les employés, les relations de travail ne se rompent pas lorsque les employés sont en congé sans solde, mais entrent dans une période de suspension. Les droits des employés accumulés jusqu’au moment de leur départ, tels que leurs droits à une pension, sont conservés. En outre, pendant les deux premiers mois, l’employeur est obligé de payer des cotisations de sécurité sociale aux employés. Ainsi, malgré la situation nouvellement créée, dans laquelle de nombreux travailleurs sont dans une sorte de « chômage temporaire », ils resteront dans le statut d’employés tant qu’ils ne seront pas licenciés ou démissionnaires.

L’obligation de maintenir les droits des travailleurs s’applique également aux travailleurs à l’étranger :

Compte tenu de la sauvegarde des droits des salariés, la législation du travail relative au licenciement doit également être respectée de manière ordonnée pour les salariés à l’étranger. Cela implique de donner aux employés un préavis de licenciement, puis de tenir une audience avant le licenciement. Une loi sur le préavis stipule que lorsque les employeurs ne donnent pas de préavis à leurs employés en vertu de la loi, ils doivent verser une indemnité d’un montant égal à leur salaire pour la période pour laquelle aucun préavis n’a été donné. Il en va de même de la nécessité de verser des indemnités de départ aux employés, conformément à la loi sur les indemnités de licenciement.

Licenciement de travailleurs en congé sans solde en raison de la crise du Corona :

Deux questions importantes concernant le licenciement de travailleurs en raison de la crise de Corona concernent la durée du congé et le non-retour des travailleurs sur le lieu de travail après le congé. Premièrement, le Tribunal national du travail a statué dans une série de décisions qui ne sont pas limitées dans le temps, telles que le licenciement, et établit l’admissibilité à l’indemnité légale de départ. Cela est, par exemple, déterminé pour les travailleurs palestiniens qui ont été déployés dans les entreprises pendant l’intifada. En raison de la crise du Corona, de nombreux travailleurs ont été mis en congé sans solde pour une période indéterminée. Il s’agit encore d’évaluer comment les tribunaux du travail, qui sont susceptibles de débattre de cette question dans un proche avenir, verront cela en adéquation avec la nouvelle situation, mais il est important de tenir compte des principes directeurs que nous avons mentionnés.

Deuxièmement, le Tribunal national a jugé que lorsque les employés décident de ne pas retourner à leur lieu de travail après le congé, la date à laquelle le congé peut être reconnu, est la date de leur licenciement pour paiement d’une indemnité (comme un préavis et une indemnité de licenciement mentionnés ci-dessus). Cela peut se produire, par exemple, lorsque des employés trouvent un autre emploi pendant le congé et ont donc décidé de ne pas reprendre leur emploi précédent. Il est important de considérer que l’état des choses après la crise de Corona est nouveau et sans précédent. Chaque jour, de nouvelles lignes directrices sur la crise du Corona sont ajoutées, il est donc important de se tenir à jour avec elles et de bien comprendre ce que la loi stipule. En cas de doute, il est fortement recommandé de demander conseil à un expert en droit du travail.

Contactez nos experts en droit du travail.

Si vous avez des questions concernant les droits des employés et / ou les obligations des employeurs, et en particulier concernant le licenciement des travailleurs en congé sans solde en raison de la crise du Corona, nous serons heureux de vous aider. Notre cabinet est spécialisé en droit du travail et fournit une réponse complète et une représentation pour les employés et les employeurs. Vous pouvez contacter un avocat expert de notre bureau en utilisant les numéros de téléphone et l’adresse e-mail ci-dessous.

פיטורי עובדים בחל״ת עקב משבר הקורונה

הרעת תנאים בעבודה

: 03-3724722

       : 055-9781688

 office@lawoffice.org.il