Aller au contenu

Permission d’immigrer en Israël pour un mineur en garde partagée

Avatar

Joshua Pex

L’autorisation ou la non-objection du second parent est requise pour le séjour de son enfant en Israël :

L’autorisation à l’immigration d’un mineur en Israël est requise pour tout enfant qui reçoit un statut en Israël avec ses parents. Si un parent divorcé (« le premier parent ») a conclu un contrat de mariage avec un citoyen israélien, les enfants issus du mariage / de la relation précédente sont considérés comme des « mineurs accompagnants » aux fins d’obtenir leur statut en Israël. Si l’autre parent a la garde du mineur, son consentement doit être obtenu avant que l’enfant puisse vivre en Israël et obtenir un statut légal dans le pays. Cohen, Dakar, Pax, Brosh est spécialisée dans l’immigration, le statut juridique et l’immigration en Israël. Cet article de l’avocat Pex aidera à expliquer comment obtenir l’autorisation du parent (aux fins du présent article, « autre / second parent ») pour obtenir un statut en Israël.

Selon la procédure du ministère de l’Intérieur, la demande d’agrément de l’immigration du mineur en Israël doit être accompagnée des documents suivants :

L’obtention d’un statut pour le mineur est accompagné d’une procédure d’obtention de statut d’épouse pour un citoyen israélien. Lorsque le mineur est né d’une relation antérieure du conjoint, les détails suivants doivent être joints à la demande :

L’acte de naissance du mineur ; Original, authentifié par apostille et traduit en hébreu (traduction notariée requise)

Le passeport du mineur valide pour au moins deux ans

Un document confirmant l’adresse actuelle de l’autre parent afin de lui demander son accord pour l’immigration de l’enfant en Israël.

Si l’autre parent du mineur réside à une adresse connue, le parent qui souhaite obtenir un statut en Israël avec son enfant, est tenu de fournir un document attestant du lieu de résidence actuel de l’autre parent. Le document doit être authentifié, y compris une traduction notariée. Cela est nécessaire pour que l’autre parent puisse présenter son opinion sur le statut juridique du mineur en Israël. Le parent peut accepter, s’opposer ou ignorer la demande (dans ce cas, il s’agit d’un consentement, à condition que le parent demandeur prouve que l’autre parent a effectivement eu la possibilité d’exprimer son opinion)

Comment informer l’autre parent de l’autorisation à l’immigration du mineur en Israël ?

L’autre parent doit être averti par écrit à sa résidence actuelle. Dans le document il convient de noter qu’une demande de statut légal en Israël a été soumise au mineur et que le parent a le droit de s’y opposer. L’autre parent a la possibilité de s’opposer au séjour du mineur en Israël en tant que tel, ou à accorder un statut juridique permanent au mineur. Si le parent réside en Israël, le bureau chargé de la demande du statut du premier parent informera l’autre parent qu’il doit donner son avis sur le mineur accompagnant. Si le parent vit à l’étranger, il / elle recevra une notification du consulat israélien compétent dans son pays et l’autre parent aura six mois avant d’être considéré comme ayant ignoré la demande. 2. Visa de touriste pour le mineur pendant la période de réponse.

Que se passe-t-il si le second parent s’oppose ?

Si l’autre parent s’oppose à l’immigration du mineur en Israël, il lui sera demandé de quitter Israël avant l’expiration du visa. Le visa ne peut pas être prolongé après que le second parent se soit opposé à l’immigration du mineur en Israël.

Il est possible que l’autre parent ne s’oppose pas au séjour du mineur en Israël, mais ne souhaite pas que le mineur obtienne le statut de résident permanent en Israël. Dans ce cas, l’enfant peut rester en Israël en tant que résident temporaire du visa A / 5 jusqu’à l’âge de 18 ans. Ceci à condition que le premier parent ait réussi à obtenir un statut légal en Israël.

Que se passe-t-il si l’autre parent ne s’oppose pas ?

Permission d’immigrer en Israël pour un mineur en garde partagée

 

Si l’autre parent ne s’est pas opposé dans les six mois, l’absence d’objection est interprétée comme un consentement. L’autre parent accepte à la fois l’immigration du mineur en Israël et le statut légal du mineur en Israël. Dans ces circonstances, l’octroi du statut juridique à un mineur avec le premier parent est normalement effectué.

Que se passe-t-il si l’autre parent n’a ni le droit ni la capacité de résister ?

Le premier parent peut affirmer que l’autre parent est décédé ou n’est pas disponible et qu’il ne peut pas être contacté. Alternativement, le premier parent peut prétendre qu’il a la garde exclusive de l’enfant. Dans ces cas, le premier parent doit apporter un certificat de décès / jugement d’un tribunal de la famille pour la tutelle exclusive ou un autre document attestant de ces faits. Chaque document doit être authentifié avec la signature Apostille et une traduction notariée comme l’exige la loi

.

Nous contacter

Notre bureau est spécialisé dans l’immigration en Israël avec des membres de la famille et des mineurs, y compris la permission d’immigrer en Israël d’un enfant en garde partagée. Si un parent s’oppose à l’immigration du mineur en Israël, nous serons heureux de fournir des informations et une assistance juridique. Téléphonez pour prendre rendez-vous chez Cohen, Decker, pex, Brosh à Jérusalem ou Petah Tikva.

אשרת עבודה בישראל ליהלומנים

: 03-3724722 055-9781688

: office@lawoffice.org.il

Contactez nous

Faire défiler vers le haut