La loi sur le retour stipule qu’un “converti » au judaïsme est autorisé à faire son aliya après la conversion, mais la question est de savoir quel type de procédure de conversion est acceptable pour le ministère de l’Intérieur. L’avocat Pex, spécialiste des questions d’immigration en Israël au cabinet d’avocats Cohen, Decker, Pex et Brosh, expliquera comment procéder à une conversion qui sera validée par l’État d’Israël et quelles sont les conditions pour faire l’Aliya après sa conversion.

Comment faire en sorte que le ministère de l’intérieur reconnaisse une conversion ?

La question « qui est Juif » est l’une des questions fondamentales qui sous-tendent l’État d’Israël. Selon la loi sur le retour (1950), tout Juif a le droit d’immigrer en Israël.

Mais dans la pratique, tout est plus complexe. L’État d’Israël ne veut pas que tout le monde dans le monde ait le droit d’immigrer en Israël uniquement sur la base d’une déclaration selon laquelle il est juif ou converti au judaïsme. Même obtenir une autorisation d’un rabbin non reconnu n’est pas considéré comme suffisant pour permettre l’immigration après la conversion. En fait, les autorités de l’immigration ne veulent pas reconnaître les conversions effectuées uniquement pour l’immigration et pour s’installer en Israël.

De ce fait, l’État d’Israël rejette souvent les demandes d’immigration en Israël après la conversion. Le ministère de l’Intérieur traite les demandes d’immigration et dispose de procédures spéciales pour vérifier si la conversion est « honnête » (pour des motifs purs). Parfois, les procédures aboutissent au rejet d’une demande d’aliya parce que le demandeur n’a pas montré le désir de participer à la vie de la communauté juive ou n’a pas prouvé l’identité juive pendant (ou même après) le processus de conversion. À d’autres égards, le ministère de l’Intérieur a tendance à préférer le judaïsme orthodoxe à tout autre mouvement du judaïsme, même si tous sont officiellement égaux.

Quelles sont les conditions qui permettent l’immigration après la conversion ?

Pour que la conversion soit officiellement reconnue, plusieurs conditions sont requises:

1. La communauté dans laquelle se passe la conversion doit être une communauté juive reconnue (les communautés conservatrice et réformée sont théoriquement reconnues de manière égale, mais dans la pratique, il existe une préférence pour la conversion dans la communauté orthodoxe et une décision pour prouver la conversion par un tribunal rabbinique reconnu).

2. Le converti doit être un membre actif de la communauté juive au moins neuf mois avant la conversion. Si le converti n’est pas actif au sein de la communauté juive depuis au moins neuf mois, il doit présenter des documents attestant qu’il a consacré au moins 350 heures d’études juives à la conversion.

3. Les documents doivent être présentés confirmant que le converti été actif dans la communauté juive pendant au moins neuf mois après l’approbation de la conversion. Si le demandeur n’a pas neuf mois d’implication dans une communauté juive reconnue après l’approbation de la conversion, le ministère de l’Intérieur peut lui accorder le statut de résident temporaire, qui deviendra la citoyenneté à part entière après avoir prouvé qu’il est impliqué dans une communauté juive reconnue depuis au moins neuf mois.

Autres documents nécessaires pour l’immigration en Israël après la conversion au judaïsme :

1. Certificat de conversion – dûment signé par un tribunal rabbinique.

2. Lettre du converti expliquant la motivation du processus de conversion et son implication dans la communauté juive avant et après la conversion.

3. Une lettre d’explication détaillée du tribunal rabbinique ou du chef de la communauté juive concernant la réception du converti, qui détaillera les préparatifs de la conversion, la conversion au judaïsme et la durée de la conversion. La lettre sera signée par le chef de la communauté juive qui a écrit la lettre, qui comprend l’en-tête, le logo et l’adresse de la communauté juive.

4. Une lettre du rabbin ou du chef de la communauté juive dans laquelle habite le converti, qui expliquera son implication dans la communauté juive après la conversion, et qui explique l’étendue de l’engagement du converti au sein de la communauté juive après la conversion. La lettre sera signée par le chef de la communauté juive qui l’a écrite. La lettre doit être écrite sur le papier à en-tête avec le logo et l’adresse de la communauté juive.

Contactez-nous au cabinet d’avocats Cohen, Decker, Pex et Brosh, pour tout renseignement supplémentaire sur la Alya après une conversion, ou sur l’immigration en Israël

Immigration après conversion

: 03-3724722

        055-9781688

 : office@lawoffice.org.il