Conclure un contrat de mariage avant / après le mariage – 3 bonnes raisons

Les couples mariés le 1er janvier 1974 et après, sont soumis à la loi de 1973 sur les relations prénuptiales entre époux. Les articles 1 et 2 de la loi donnent au couple la possibilité de déroger à ses dispositions et de conclure un contrat de mariage. La loi leur applique les dispositions de l’article 3 de la loi, qui stipule qu’en cas de divorce, chaque conjoint a droit à la moitié de la valeur de tous les avoirs du couple (article 5 a) de la loi).

Les contrats de mariage sont particulièrement importants pour les couples qui possèdent des biens personnels ou commerciaux importants avant leur mariage. Bien que la loi stipule que ces actifs ne sont pas partagés (articles 4 et 5 (a) (1) de la loi), ces actifs peuvent toujours être « mélangés » avec le temps et devenir courants. Un accord financier peut également déterminer la répartition des actifs futurs qui ne sont pas encore entre les mains du couple. Ces dernières années, les accords prénuptiaux sont devenus plus courants, en particulier chez les jeunes générations. La génération du millénaire a tendance à se marier à un âge plus avancé et à constituer des atouts considérables par rapport aux générations précédentes. Beaucoup ont vécu le divorce de leurs parents et sont conscients de l’importance de préserver leurs intérêts pendant le mariage.

Un accord prénuptial est votre façon de régler la question des biens matrimoniaux.

Les conventions prénuptiales peuvent être mises à jour et modifiées au cours de la vie conjugale, la convention étant adaptée aux souhaits du conjoint et à l’état actuel des biens. Un accord financier et ses modifications éventuelles seront effectués par écrit (article 1 de la loi). Il est important de noter que l’accord ne s’applique qu’aux biens immobiliers (corporels ou incorporels). Il n’est pas possible de stipuler dans l’accord d’autres arrangements relatifs au mariage autres que la propriété. Afin de régler par écrit toutes les autres questions liées au mariage, les parties doivent conclure un « contrat de vie commune ».

D’après notre expérience, trois raisons principales justifient la conclusion d’un accord financier :

L’accord permet d’exprimer clairement les attentes de la relation et de protéger les actifs existants. L’accord précise quels actifs appartiennent à l’un des conjoints et quels actifs sont partagés. Cela évite toutes sortes de complications et permet une délimitation claire : ces actifs existants ou futurs appartiennent à la personne du couple.

 L’accord permet la répartition des héritages et des dons donnés à l’un des époux. Les héritages et les dons donnés à l’un des époux pendant la période de mariage ne sont pas partagés (article 5 a) 1) de la loi). Par conséquent, si le couple souhaite réunir ces actifs, il devra le faire par le biais d’un accord financier.

 L’accord permet la protection des biens des enfants. Ceci est particulièrement important lorsque l’un des conjoints ou les deux ont déjà des enfants d’un mariage précédent. Ces enfants peuvent réclamer une part égale des avoirs de l’autre conjoint en cas de divorce ou de décès de celui-ci. Ceux qui souhaitent que leur propriété soit réservée aux enfants biologiques peuvent l’indiquer dans la convention de financement.

Un avocat spécialisé dans le domaine peut préparer un accord financier facilement et rapidement. Nous recommandons au couple de s’asseoir avec un avocat qui peut rédiger un accord adapté aux intérêts actuels et futurs du couple. Approuvé par un tribunal de la famille ou un tribunal rabbinique.

Contactez un avocat spécialisé en droit de la famille à Jérusalem ou Petah Tikva pour obtenir des conseils et une aide pour la rédaction d’un contrat prénuptial ou la résolution de problèmes de la vie.

:03-3724722

       055-9781688

 office@lawoffice.org.il