Aller au contenu

Accord sur la répartition des biens

Anat Levi

Anat Levi

   ?Qu’est ce que c’est un accord sur la répartition des biens

Accord sur la répartition des biens- L'arrangement concernant les biens des couples connus du public ou mariés avant 1974

L’accord sur la répartition des biens, est une décision établie par le tribunal. Cette décision stipule qu’en cas de rupture et si certaines conditions existent, le couple (connu du public ou les époux mariés avant 1974) a des droits égaux sur les biens acquis au cours de leur vie. Et ce, aussi longtemps qu’il n’y a aucun accord financier ou accord de vie conjointe entre les parties qui réglemente la distribution des biens d’une manière différente.

Les raisons qui ont conduit à la pratique du partage:

Comme nous l’avons écrit ci-dessus, la pratique du partage est le fruit d’une décision et n’est pas fondée sur une loi. Cela contrairement aux couples qui se sont mariés après 1974, auxquels s’applique un « arrangement d’équilibre des ressources ». Un arrangement qui est inscrit dans la Prénuptial Relations Act, 1973. La question est donc de savoir ce qui a amené la Cour à déterminer la décision de partage ?

Une réponse à cette question peut être trouvée dans la Haute Cour de Justice dans Bavli c.de La Grande Cour Rabbinique

 » La méthode de partage est le produit du travail de la Cour. C’est un exemple clair de législation judiciaire, qui repose sur les décisions de cette cour. Elle utilise une construction contractuelle impliquant un accord (implicite) entre les parties, par lequel elles sont des partenaires égaux en droits. L’instrument juridique est destiné à remplir un objectif social. « Il vise à apporter de la justice sociale. Il est basé sur l’égalité des sexes. Il se nourrit de l’idée que le couple contribue de façon égale au bien-être de la famille. »

A qui s’applique la loi sur le partage ?

La procédure de partage s’applique aux couples suivants :

Couples mariés avant 1974

Comprend les couples qui se sont mariés à l’étranger avant la date susmentionnée (Victoria Nafisi c. Symantov Nafisi).

Couples connus du public (Isaiah Dawn c. Mendel Friedman).

Même en ce qui concerne les couples qui ne peuvent pas se marier (comme le mariage homosexuel). Ainsi que les couples qui ont consciemment choisi de ne pas se marier (Pl. V. Plony).

Les conditions qui établissent la méthode de partage:

La décision a fixé un certain nombre de conditions pour l’application de la loi sur le partage (Ayu (Bella) Hassel c. Reuben Hassel).

« Une présomption pour les conjoints qui mènent un style de vie convenable et un effort commun, que les biens accumulés par l’un ou l’autre d’entre eux soient détenus conjointement et que le partenariat soit fixé sur l’existence d’une vie commune. »

Les conditions qui établissent la pratique du partage sont cumulatives :

Un mode de vie sain

L’intention n’étant pas que la coexistence soit exempte de crises (Yehuda Dror c. Deborah Dror).

Les conflits prolongés sont également considérés comme un mode de vie normal (Shulamit Levi c. David Levy).

Effort conjoint

Un effort conjoint a également lieu lorsqu’un des conjoints travaille et que l’autre est en charge du ménage et des enfants (Judith Hadri c. Shalom Hadri Darhi)

Lorsqu’un conjoint est tombé malade et, par conséquent, sa contribution a diminué, il est toujours considéré comme contribuant à l’effort conjoint.

Toit partagé

En général, la date de cessation de vie commune est le moment où le couple cesse de vivre ensemble. Dans certaines circonstances, le partage continuera même après que l’un des conjoints aura quitté la maison (Haim Avnery c. Tamar Avnery).

En raison du fait que la décision facilite l’application des methodes de partage,il est souhaitable  que les couples concluent un accord prénuptial ou de cohabitation,  afin de réglementer les problèmes de propriété qui découlent de leur relation.

Qui a la charge de prouver les termes de la méthode de partage ?

La charge de prouver l’existence des conditions incombe au conjoint demandeur, qui prétend devoir bénéficier de la décision de partage. S’il s’acquittait de la charge, l’accusé pourrait apporter des preuves en son nom pour contredire et réfuter la présomption de partage (Isaiah Shahar c. Mendel Friedman).

À quels biens le partage s’applique-t-il ?

En règle générale, la présomption de copropriété s’applique aux biens accumulés lors de la cohabitation du couple (une copropriété enregistrée au nom du conjoint, les droits sociaux du conjoint, un compte bancaire commun, etc.). Il existe certains biens que nous considérons comme séparés, mais ces biens peuvent également se voir appliquer la méthode du partage. Voici quelques exemples :

Un appartement inscrit sur le nom d’un des conjoints

L’inscription d’un appartement au nom d’un des conjoints, ne suffit pas en soi pour contredire le processus de partage. Plus de preuves seront nécessaires pour contredire la possession. Surtout si le couple a vécu longtemps dans l’appartement (Michal Oron c. Israel Oron).

Un compte bancaire enregistré sur le nom de l’un des conjoints

La méthode du partage s’applique également en général dans ces cas. Le conjoint sur lequel le compte est enregistré peut prétendre que le compte est séparé s’il est établi que l’utilisation de ces fonds était destinée à des besoins séparés et non partagés (Moshe Kotler c. Haya Kotler).

Dettes des conjoints ou de l’un d’entre eux

Le partage s’applique également aux dettes contractées par l’un ou l’autre ou les deux dans le cadre d’une conduite correcte et normale. Dans les dettes qui ont un caractère distinctement personnel, le partage ne s’appliquera pas (Yaffe Amit c. Zion Amit).

Biens appartenant à l’un des conjoints (mariés) Vie partagée (connue du public)

En règle générale, ces propriétés ne seront pas partagées. Mais nous devrons examiner chaque propriété individuellement et l’ensemble des circonstances.

En revanche, une telle propriété peut être « partagée » avec une propriété commune. Par exemple, l’un des couples a son propre appartement qu’il a acheté avant le début de la relation. Si le couple vit ensemble dans un appartement, les parties y ont investi de l’argent en commun, l’appartement doit avoir été partagé et devenir commun.

Biens dont un conjoint a hérité

Ces biens ne seront pas partagés (Celia Beatrice Lieberman c. Emmanuel (Mendel David) Lieberman).

Un tribunal rabbinique est-il soumis à la loi de la répartition des biens ?

Un tribunal rabbinique qui traite des questions de propriété couvertes par la demande de divorce est soumis au droit civil. Par conséquent, le tribunal rabbinique doit respecter la loi du partage (Eve Babylonian v. The Great Rabbinical Court).

Vous êtes intéressé à conclure un contrat prénuptial ou de cohabitation ? Le bureau de Cohen, Decker, Pex et Brosh est à votre service.

Au bureau Cohen, Decker Pex et Brosh vous rencontrerez des avocats en droit de la famille qui sont également qualifiés comme médiateurs. Nos avocats vous guideront tout au long du processus jusqu’à la conclusion d’un accord de vie conjoint complet qui répondra à tous vos besoins.

Accord sur la répartition des biens- L'arrangement concernant les biens des couples connus du public ou mariés avant 1974

:03-3724722

       055-9781688

 office@lawoffice.org.il

Contactez nous

Faire défiler vers le haut