Aller au contenu

Dispositions générales de la loi sur les successions : Héritage par décision de justice et héritage par testament en Israël

Anat Levi

La loi sur l’héritage de 1965 (ci-après dénommée « la loi ») contient diverses dispositions concernant l’héritage en Israël.

La loi donne à une personne (ci-après dénommée « le testateur ») la possibilité de laisser un testament (ci-après dénommé « testament ») qui explique ce qu’il adviendra de ses biens, propriétés, fonds, etc. En l’absence de testament, la loi établit les règles de répartition de la succession entre les différents descendants ou parents (ci-après : «  l’héritage légal « ).

Dans cet article, nous allons expliquer les concepts généraux de la loi. En outre, les sections 1 à 9 de la loi israélienne sur les successions contiennent des dispositions générales concernant l’héritage, et ces dispositions s’appliquent à la fois à l’héritage par testament et à l’héritage par décision légale. Nous les aborderons également.Dispositions générales de la loi sur les successions : Héritage par décision de justice et héritage par testament en Israël

Concepts généraux du droit des successions

 La loi relative à l’héritage en Israël fait appel à un certain nombre de concepts, et pour bien les comprendre, il est nécessaire de les connaître :

  • Succession

Succession – les biens, les droits et les dettes d’une personne qu’elle laisse derrière elle après son décès.

Tout ce qu’une personne laisse derrière elle n’est pas inclus dans la succession – les fonds des contrats d’assurance, de pension et de prévoyance vont aux bénéficiaires qui sont énumérés sur le contrat lui-même, à moins qu’il ne soit clairement établi que ces choses iront à la succession, conformément à ce qui est indiqué à l’article 147 de la loi :

« Les sommes à verser du fait du décès de la personne en vertu du contrat d’assurance, en fonction de l’adhésion à un fonds de rente ou à un fonds de prévoyance ou pour toute autre raison similaire, ne sont pas du tout la succession, à moins qu’il n’ait été stipulé qu’elles viendront à la succession. »

En outre, la succession ne répartit pas ce qui reviendra au conjoint du testateur en raison d’accords prénuptiaux  ou de relations personnelles, selon l’article 148 de la loi :

« Cette loi n’a pas pour but de porter atteinte aux accords prénuptiaux entre un homme et sa femme, ni aux droits qui découlent de cette relation intime. »

Il existe des dispositions de la loi dans des lois supplémentaires qui stipulent que ces avantages, ainsi que d’autres, ne passent pas à la succession.

  • Distinction entre une « succession » et une « part ».

Part – un certain bien que le testateur laisse explicitement dans son testament à un héritier (par exemple : un appartement), ou un avantage spécifique (par exemple : 10.000 NIS de la succession).

La succession est un concept général qui traite de l’ensemble des biens du testateur, ou d’une partie indéfinie de ceux-ci (par exemple, 30 % de la succession, sans précision).

  • Successeur et héritier

Successeur – une personne qui héritera d’une partie de la succession conformément au testament.

Héritier par alliance – un héritier qui a le droit de partager une partie de la succession, mais pas par le biais du testament.

Héritier – peut être à la fois un « successeur » et un « héritier par alliance ».

Dispositions générales, articles 1 à 9 de la loi sur les successions

Les dispositions suivantes s’appliquent à la fois à l' »héritage par décision de justice » et à l' »héritage par testament ».

  • La succession immédiate

Lorsqu’un testateur décède, la succession passe immédiatement aux héritiers. Toutefois, le droit est purement abstrait à ce moment-là. Qui sont les héritiers ? Quelle est leur part dans la succession ? Cela est établi après l’octroi d’un « Inheritance Order » ou d’un « Probate Order » (article 1 de la loi).

  • Qui sont les héritiers ?

Les héritiers sont l’un des suivants : « héritiers légaux » (en l’absence de testament) ou héritiers par testament (article 2 de la loi).

  • Qui est apte à hériter de la succession ? (Article 3 de la loi)

         Une personne vivante au moment du décès du testateur.

  • Une personne née dans les 300 jours suivant le décès du testateur (tout héritier potentiel, pas seulement les descendants du testateur)
  • Les enfants qui ne sont pas nés dans le mariage ont les mêmes droits que les enfants nés dans le mariage.
  • La société en tant qu’héritier (article 4 de la loi)

Une société peut être un héritier, uniquement si cela est indiqué dans un testament.

  • Interdiction d’hériter

La section 5 de la loi stipule que les personnes suivantes ne peuvent pas hériter :

  • « Toute personne qui a été condamnée pour avoir intentionnellement causé la mort du testateur ou pour avoir tenté de causer sa mort »

Exception – le testateur a gracié par écrit la personne susmentionnée ou l’a désignée comme bénéficiaire du testament, cette personne redevient alors apte à hériter.

  • « Toute personne qui a été condamnée pour avoir dissimulé ou détruit les dernières volontés du testateur, pour les avoir falsifiées ou pour avoir intenté des poursuites en vertu d’un testament falsifié ».
  • Retrait d’un héritier de la succession (article 6 de la loi)

Un héritier qui souhaite se retirer complètement d’une partie ou de la totalité de la succession, de sorte qu’il ne soit plus considéré comme un héritier (sans droits ni obligations). Il existe deux possibilités de se retirer d’une succession :

          Retrait d’une partie ou de la totalité – c’est-à-dire qu’une personne se retire de 100 % des droits sur la succession ou se retire d’une partie d’entre eux (par exemple : 30 % de la succession).

Il n’est pas possible de se retirer d’un bien spécifique, sauf si le testament indique explicitement que l’héritier en a hérité.

  • Retrait pour le bien d’une certaine personne – il ne peut se retirer de la succession que si c’est pour le bien du conjoint, de l’enfant ou des frères et sœurs du testateur.

Le retrait ne peut se faire qu’après le décès du testateur et avant le partage de la succession.

  • Transactions de l’héritier avec ses droits sur la succession (section 7 de la loi)

Après le décès du testateur et avant la distribution de la succession, l’héritier peut préparer un accord écrit dans lequel il transfère ou loue sa part de la succession au profit d’une autre personne ou entité, puisque la succession n’a pas encore été divisée en raison d’un droit non spécifié dans la succession qui détermine quand elle sera distribuée.

Lorsque l’héritier souhaite transférer ou louer un actif spécifique de la succession, il ne peut le faire qu’après le partage de la succession.

Après avoir transféré ou loué son droit dans la succession, l’héritier ne peut plus s’en retirer.

  • Forclusion des droits de l’héritier sur la succession par les créanciers

Les créanciers de l’héritier peuvent faire valoir ses droits sur la succession après le décès du testateur et avant le partage de la succession.

Si l’on parle de forclusion sur un bien spécifique auquel l’héritier a droit dans la succession, cela se fera après le partage de la succession.

  • Les opérations du testateur sur l’héritage de son vivant (article 8 de la loi)

Comme la loi ne veut pas restreindre la « liberté de distribution » du testateur, celui-ci ne peut pas effectuer de transactions sur l’héritage de son vivant (accorder ou refuser des droits sur l’héritage). Le testateur peut rédiger un testament, dans lequel il indique ses souhaits quant à la manière dont l’héritage sera partagé et à qui après son décès.

  • Opérations de donation

Une donation destinée à être faite après le décès ne peut être faite que dans le testament.

  • Deux personnes sont décédées et personne ne connaît l’ordre de leur décès

Lorsque deux ou plusieurs personnes décèdent et que personne ne connaît l’ordre de leurs décès, on distingue l’héritier apparent (qui est héritier dans tous les cas, quel que soit l’ordre des décès) et l’héritier présomptif (dont l’héritage dépend de l’ordre des décès). Dans ce cas, les règles suivantes de l’article 9 de la loi s’appliquent :

  1. « Lorsqu’un des plaignants est héritier apparent et que l’autre plaignant est héritier présomptif, le plaignant qui est héritier apparent est préféré » ;
  2. « Lorsque les deux plaignants sont héritiers présomptifs, le plaignant qui est conjoint ou parent du testateur dont la succession est partagée est préféré » ;
  3. « Entre plusieurs plaignants au même niveau de préférence dans le partage de la succession, sans testament, selon les règles du partage par héritage légal. »

La loi qui s’applique à l’héritage en Israël et le tribunal autorisé correspondant

 En matière d’héritage, le droit civil s’applique, à savoir la loi sur l’héritage. Cette loi s’applique à tous les citoyens israéliens, quelle que soit leur appartenance religieuse.

Les tribunaux qui sont autorisés à statuer sur les questions d’héritage sont :

  • Le tribunal de la famille (ci-après : « le tribunal »).
  • Un tribunal religieux qui est autorisé à statuer sur les questions relatives au statut personnel du testateur, et qui peut statuer sur la majorité des questions d’héritage (selon le droit religieux coutumier) lorsque les conditions suivantes sont réunies :
  • Toutes les parties concernées ont exprimé leur consentement par écrit
  • Lorsque l’une des parties est mineure ou incapable, ses droits ne seront pas inférieurs à ceux qu’elle aurait reçus selon le droit civil.

Registre des successions en Israël – département du ministère de la Justice

 Les demandes d’ordonnance d’héritage légal et d’ordonnance d’homologation seront déposées auprès du Registrar of Inheritance Affairs (ci-après :  » le registrar « ). Le registraire doit transférer la demande au tribunal en présence de l’une des conditions de l’article 67A de la loi énumérée ci-dessous :

  1. « Une opposition à la demande est déposée » ;
  2.  » L’État ou l’une de ses institutions sont parties à la demande  » ;
  3. « Le Procureur général ou son représentant a jugé bon d’engager une procédure concernant la demande ou de se joindre à la procédure » ;
  4. « L’administrateur général représente la demande d’une personne qui se désigne un tuteur, mineur ou absent » ;
  5. « Le testament qui fait l’objet de la requête est un testament oral » ;
  6. « Le testament faisant l’objet de la demande présente un vice ou un élément manquant » ;
  7. « Les dispositions du septième chapitre s’appliquent à la succession » ;
  8. Le greffier des affaires successorales a jugé bon de transférer la demande au tribunal.

 Vous souhaitez rédiger un testament ? Soumettre une demande d’ordonnance d’héritage ou d’homologation ? Nos bureaux sont à votre service

Dans nos bureaux, vous rencontrerez des avocats qui peuvent vous aider à résoudre les problèmes d’héritage en Israël. Nos avocats sont également spécialisés dans le droit de la famille et sont des médiateurs certifiés. Nos avocats vous aideront à formuler un testament qui reflète l’intégralité de vos souhaits et vous accompagneront dans les différentes procédures jusqu’au dépôt. En outre, nos avocats vous aideront à déposer une demande d’ordonnance d’héritage ou d’ordonnance d’homologation, ainsi que les procédures qu’elles impliquent.

Héritage en Israël

:03-3724722

        055-9781688

 [email protected]

Contactez nous

Faire défiler vers le haut